googleff67d47ac9ca539a.html
Créer un site internet

Aimer la Loire quand on est angevin!

 

 

AIMER LA LOIRE QUAND ON EST ...ANGEVIN!!

 

 

Noiretblancguyoption2

 

Je t’aime Loire Femme et Loire Fleuve

                                                                                            L’ode qui sous ma plume s’inscrit dans ta mémoire                                                                                                  

O toi somptueuse princesse Loire       

Toi qui demeures princesse des eaux  

Dans nos histoires             

 Reine du soir      

 Déesse des flots, as-tu donc perdu en Anjou tes belles eaux    

 Ou es-tu un fleuve féminin, nymphe cachée en   Femme Loire ?

Loire, tu es un fleuve puissant en perles éternelles ! Ô Loire    

Ô Loire, tu es fleuve magnifique en lumières si belles !

Ô Loire imprévisible aux si multiples atours,                 

                                                                                       Ô Loire  Tu as surpris tes riverains par tes contours ;                                                                                                                                                                                              Inspiré les poètes par  illustre majesté,                                                                                                                                                                                            Un grand nombre de peintres captivés par ta si vraie beauté :                                                                                                                                                                                    Ô Loire : tu es la seule qu’on chérit de tous côtés.                                                                                                                                                                                       Ô Loire, je t’ai rencontrée enfant en jouant sur tes côtés,                                                                                                                                                                                        Ô Loire Je t’ai retrouvée amassant tes bois flottés,                                                                                                                                                                                        Ô Loire Je t’ai remontée en gabare bourrée de sel,                                                                                                                                                                                      Ô Loire Je t’ai descendue en fond de cale sous ton ciel…                                                                                                                                                                                  Ô Loire L’Anjou t’a aimée comme on aime passionnément ;                                                                                                                                                                               Loire Ô Loire La France t’a reconnue merveille assurément,                                                                                                                                                                                         Ô Loire L’état t’a classée en trésor d’humanité :

                                                                                      Loire : tu es la seule femme qu’on admire en toutes cités.                                                                                                                               Loire en patrimoine va –t-elle se prendre la  tête?                                                                                                                                                                                           Loire en Marie Sans Chemise tournera-t-elle nos têtes ?                                                                                                                                                                                  Loire princesse des eaux  charmera-t-elle les poètes                                                                                                                                                                                        Les peintres et troubadours ; bateliers ou esthètes ?                                                                                                                                                                                      Lumières en bandoulière, méandres en escampettes,                                                                                                                                                                                        Photographes depuis des siècles, mille têtes à queue                                                                                                                                                                                           Immortaliseront longtemps le fleuve des gueux,                                                                                                                                                                                              Et le temps n’aura sur toi, ô femme fleuve de Loire,                                                                                                                                                                                                  Aucun regret à rajeunir pays de Loire…                                                                                                                                                        Ô Loire, quand tes eaux majestueuses nous redonnent l’espoir:                                                                                                                                                                        Loire : tu es bien la seule beauté dont on cause matin et soir.

                                                                                                               

                                                                                                                  LHEUREUX Guy

                                                                             (extrait du livre bientôt édité : 70 poèmes et 70 dessins pour te dire que je t’aime » )

[aux éditions  SOCIETE DES ECRIVAINS , Paris]

 

 

 

Ajouter un commentaire